Parfums naturels faits maisons

9 Juil 2020Parfum

Dans le commerce, on trouve des milliers de parfums disponibles à la vente à des prix parfois exorbitants. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi ils étaient si chers ? Et surtout, vous êtes-vous déjà demandé ce qu’il y avait à l’intérieur pour justifier le prix ? Les parfums sont souvent composés de quelques millilitres de substances parfumantes, d’additifs, le tout dilué dans de l’alcool éthylique et de l’eau. L’industrie de la parfumerie est totalement standardisée et, aujourd’hui, elle est quasi essentiellement de synthèse.

Pourquoi ?

Parce qu’un parfum doit toujours être identique, d’année en année, et les substances naturelles ne permettent pas d’avoir un rendu olfactif identique d’une production à l’autre.

En effet, chaque année, les cultures de plantes ont des rendements différents, ce qui influe sur la qualité olfactive du produit aussi bien que sur le prix. Par exemple, une huile essentielle aura une qualité différente selon la récolte, en fonction de facteurs parfois indépendants de notre volonté (ensoleillement, humidité, etc.). Un peu comme le vin, on ne peut pas savoir à l’avance si l’année sera bonne !

Les matières premières synthétiques sont donc un gage de sécurité pour le parfumeur, mais pas pour le consommateur, qui est de plus en plus attentif à la composition de ses cosmétiques. Pourtant, le monde du parfum est encore très discret et les compositions restent bien souvent mystérieuses !

Il y a néanmoins quelques effets positifs, puisqu’en privilégiant les matières synthé- tiques, les « nez » ont peu à peu délaissé les extraits d’origine animale, vecteurs de cruauté…

Venons-en au marketing.

Savez-vous qu’environ 1 % seulement du prix de votre parfum correspond au jus odorant ? Concrètement, cela veut dire que 99 % du prix que vous allez payer correspond au packaging et au marketing…

Face à cette réalité, l’industrie du parfum naturel commence timidement à se frayer un chemin. Mais il y a encore tellement à faire… Fort heureusement, fabriquer son parfum avec des ingrédients naturels, sans produits de synthèse ni matières animales, est tout à fait possible. Créer des accords uniques et sur mesure en respectant quelques règles de base est d’ailleurs très facile.

L’art de composer un parfum suppose une capacité d’imagination et de construction fondée sur une connaissance des matières premières naturelles. Ainsi, à partir d’une inspiration, le parfumeur devra, avec les ingrédients odorants, matérialiser ses idées Cette approche qui mêle science et art est comparable à celle du musicien qui com- pose une œuvre musicale. 

Pour réaliser vos parfums, la première chose à faire est de créer des accords. Les accords sont des associations d’extraits qui, en synergie, produisent un parfum. Ils peuvent être très simples ou plus complexes.

Les différentes essences aromatiques peuvent être classées sous leurs principales caractéristiques olfactives et/ou émotionnelles. C’est un classement assez subjectif et imagé tant les parfums peuvent être complexes et les interprétations différentes. 

Pour réaliser leurs accords, les parfumeurs classent les notes sur une pyramide olfactive :

Les notes de tête sont des notes volatiles, éphémères, fraîches. Ce sont les premières notes que vous sentez d’un parfum ; elles ne durent que quelques minutes et jusqu’à environ 2 heures. On y trouve par exemple des notes hespéridées (agrumes) et aromatiques (lavande, menthe, eucalyptus…)

Les notes de cœur sont les notes intermédiaires, transitoires. Elles constituent le cœur du parfum. Elles durent entre 2 et 10 heures. Elles prolongent la fraîcheur des notes de tête et annoncent les notes de fond. Ce sont, par exemple, des notes plutôt florales (comme la rose ou le jasmin), des notes épicées (tels le poivre, la cannelle, la cardamome…), ou encore aldéhydées et fruitées (comme la pêche, l’abricot ou bien le cassis)

Les notes de fond, quant à elles, sont des notes lourdes ; ce sont les dernières à se révéler, elles s’évaporent plus lentement et durent entre 8 heures et plusieurs jours Elles ont pour fonction d’affiner le caractère d’un parfum et de le fixer. Ce sont par exemple des notes boisées (bois de santal ou le cèdre) ou des notes balsamiques (comme la vanille ou le benjoin)

 

 

Dans les parfums « classiques » , c’est-à-dire liquide sur base alcoolique, on classe les parfums, les eaux de parfum, les eaux de toilette, etc . Chaque type de parfum est en réalité une déclinaison plus ou moins concentrée en alcool et en matières premières odorantes Voici un tableau regroupant quelques proportions qui vous aideront dans la réalisation de vos propres parfums « classiques »

* NB : Pour la confection de parfums pour les enfants, vous pouvez utiliser des extraits aromatiques naturels . En ce qui concerne les huiles essentielles,
il faudra les choisir avec grande précaution en fonction de l’âge de l’enfant.

 

 

Type de formule

Base

Concentration d’extrait de parfum

Nombre de gouttes pour 50 ml de parfum

Parfum

Alcool à 90°

30 %

300

Eau de parfum

Alcool à 90°

15 %

150

Eau de toilette

Alcool à 80°

10 %

100

Brume et eau fraîche

Alcool à 70°

5%

50

Eau pour les enfants*

Alcool à 30°

3%

30

 

 

Quel alcool pour fabriquer mes parfums ?

C’est la base de vos parfums liquides et eaux de toilette Idéalement, il faudrait utiliser de l’alcool de parfumerie : alcool Aro ou alcool à 96° surfin.

Malheureusement, en France, les particuliers n’y ont pas accès ! Vous pouvez néanmoins en trouver dans les drogueries suisses. Mais si, comme moi, vous ne passez pas vos vacances annuelles en Suisse, il existe d’autres solutions 😉

Vous pouvez utiliser de l’alcool à 90° non dénaturé (ou non modifié), que l’on peut se procurer en pharmacie : il faudra quand même argumenter et préciser que vous souhaitez l’employer pour fabriquer du parfum, car la législation est très stricte !

Vous avez également la possibilité d’utiliser des bases pour parfums biologiques spécialement dénaturées pour la parfumerie. Elles sont moins concentrées, mais l’odeur reste assez neutre et permet de belles réalisations. On en trouve dans les magasins spécialisés, moi j’utilise celui-ci , sinon il existe églaement une base chez Aromazone. Pour les formules plus légères, donc moins concentrées en alcool, vous pouvez aussi réaliser vos parfums à base d’ alcool blanc titrés à 40° type eau- de-vie, vodka, ou gin non aromatisés. Le tout est de trouver l’alcool blanc le plus concentré et le plus neutre au niveau de l’odeur… L’inconvénient est qu’il est probable que les préparations restent troubles étant donné leur faible concentration en alcool.

Pour chaque recette que vous pourrez réaliser inutile d’acheter tous les titres d’alcool, il suffit de diluer l’alcool à 90° avec de l’eau (de l’eau déminéralisée de préférence, ou de l’eau de source faible en minéraux) en respectant les concentrations du tableau ci-après. 

 

 

Degré voulu (100 ml)

Quantité d’alcool à 90°

Quantité d’eau à ajouter

Alcool à 80°

89 ml

11 ml

Alcool à 70°

78 ml

22 ml

Alcool à 60°

67 ml

33 ml

Alcool à 50°

56 ml

44 ml

Alcool à 40°

45 ml

55 ml

Alcool à 30°

34 ml

66 ml

 

Pour aller plus loin, vous pouvez également utiliser, à la place de l’eau, des eaux florales ou des hydrolats aromatiques bien choisis, qui apporteront par ailleurs une odeur intéressante à vos préparations (rose, jasmin, fleur d’oranger, santal, pamplemousse, citron…)

Les matières d’origine animale

Je vous conseille fortement d’éviter d’utiliser des extraits et des fixateurs synthétiques, souvent nocifs pour l’homme et l’environnement ! L’odeur d’une rose ou d’un jasmin synthétiques ne sera jamais aussi fine et aussi belle que celle de l’essence naturelle. Notre nez peut percevoir les subtilités infimes que la chimie ne peut imiter. Bien évidemment, les matières premières animales, à l’origine de barbarie et de souffrance, sont intolérables!  Voici les six essences animales utilisées en parfumerie :

• le musc, sécrétion issue du cerf et du chevrotin ;
le castoréum, sécrétion huileuse issue des glandes de castor ;
la civette, sécrétion issue du chat musqué ;
l’ambre gris, issu du cachalot ;
la cire d’abeille, comme son nom l’indique, provient des abeilles ;
l’hyraceum, produite par le daman du Cap, originaire d’Afrique du Sud

Dans la majeure partie des cas (sauf pour la cire d’abeille), il faut tuer l’animal pour récupérer ses sécrétions ! Aujourd’hui, elles sont la plupart du temps utilisées sous leur forme synthétique pour favoriser la protec tion de ces animaux.

 

 

 

Les parfums huileux & parfums solides

Mes chouchoux se sont les parfums solides et les parfums huileux. Ils permettent de réaliser des parfums sans alcool. Une huile parfumée dans un roll-on , un parfum solide en stick … ce sont des formats très pratiques et ludiques qui peuvent même être utiliser chez les personnes sensibles comme les enfants, les femmes enceintes , les peaux atopiques et certains terrains allergiques…  

Il suffit de réaliser sa base parfumante puis de la diluer dans une huile comme de l’huile de jojoba, de coco (ou coco fractionnée si vous souhaitez une huile particulièrement sèche) ou dans un baume huileux (à température inférieure a 45°C pour ne pas denaturer les principes actifs odorants naturellement sensibles à la chaleur.

Si l’idée de réaliser vos propres parfums vous attirent, je me ferais un plaisir de vous poster quelques recettes naturelles sur le blog. Aussi je vous invite à découvrir mon livre sur le sujet Se parfumer au naturel . (existe aussi en coffret)

 

 

 

Crédit photo © Emilie HÉBERT

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.